Des pratiques cliniques aux pratiques sociales

Catherine Perret
IMEC, 6 rue Antoine Dubois 75006 Paris
-
26 novembre
10:00
À propos de l'évènement

Hôpitaux psychiatriques et institutions médico-sociales sont aujourd’hui en grand danger. Le modèle entrepreneurial imposé à la gestion des lieux de « soin » sur la base de la minimisation des coûts rend le travail institutionnel de plus en plus difficile. La bureaucratisation des protocoles thérapeutiques entraîne la méconnaissance de la souffrance psychique dénoncée comme un « trouble » que les mesures dites d’inclusion sont supposés circonscrire. Quant aux institutions, elles sont pour la plupart impuissantes à remettre en question la rationalité qui les fonde. Au nom d’un égalitarisme abstrait, elles se contentent d’ordonner ce qui est vécu comme différence à une offre de normes dûment codifiées et réduisent le désir d’autonomie du sujet à son adaptation sociale.

Face à cette situation, la voie que nous avons choisie est de revenir sur le legs de la psychiatrie critique du XXème siècle. Elle nous a enseigné qu’il n’y a d’approche que collective de la folie là même où la singularité de l’adresse du dit « fou » met le collectif face à ce qui « nous » manque à chacun·e pour faire communauté. En articulant pratiques cliniques et pratiques sociales, psychothérapie institutionnelle, psychiatrie de secteur et anti-psychiatrie ont ouvert un champ de questions tant anthropologiques, que psychanalytiques et politiques qui ont offert un cadre aux deux premiers chapitres de ce séminaire.

Après une première année (CIPh, 2020-2021) dédiée à ces initiatives micro-révolutionnaires et aux outils conceptuels et cliniques qu’elles ont élaborés depuis les années 50, une seconde séquence (IMEC, 2022) a rouvert le débat autour de ces outils à partir du travail de quelques collectifs qui au croisement de la recherche et du soin se donnent les moyens de faire lieu et lien (Le collectif de Pantin, Les nouveaux cahiers pour la folie, Autis’Mob, CLES Autistes, le Centre Artaud).

Repartant de cette articulation, les séances du troisième chapitre (IMEC/CIPh, 2022-23) se situeront dans une perspective programmatique. Elles partiront de quelques dispositifs hors normes actuellement expérimentés dans/avec/hors des structures de soin et qui interrogent les opérateurs d’institutionnalisation que sont l’organisation, le métier, le territoire, l’écriture, les pratiques d’atelier, ou la garantie scientifique. Nous chercherons à comprendre avec celles et ceux qui les mettent au point comment certains concepts analytiques aidant, ces dispositifs  parviennent à « déverrouiller » ces opérateurs d’institutionnalisation, à les faire travailler à rebours des effets de pouvoir qu’ils sont supposés induire, à rendre poreuses et réversibles les frontières qu’ils sont supposés ériger, de manière à ce qu’ils jouent non pas contre ou malgré mais avec la précarité du cadre, l’inconnue du symptôme et l’inquiétude du transfert.  

Les séances auront lieu les 8 Octobre, 26 Novembre, 10 Décembre, 21 Janvier, de 10 à 13 heures.

Pour recevoir le lien zoom, merci de vous inscrire auprès de reservation@imec .

26 novembre
-
10:00
Evènement en ligne
-
IMEC, 6 rue Antoine Dubois 75006 Paris